La légitimité : une question de point de vue

Le syndrome de l’imposteur est-il un réel problème ? Si vous avez une bonne dose d’éthique, oui. Pourtant, vous avez là un atout dans votre manche. Explications.

Et combien de fois ai-je entendu : « je ne me sens pas légitime ». Au cours de mes séances de coaching, il arrive régulièrement, tôt ou tard, que cette constatation arrive.

Il assez terrifiant de voir le nombre de personnes compétente qui sont victime du syndrome de l’imposteur, et à l’inverse, le nombre d’incapables notoires se faisant passer pour des experts en expertise de l’expertisation expertisante.

  • La technique que nous allons utiliser ici fait appel à la prise de conscience, et donc, à votre intelligence émotionnelle, le syndrome de l’imposteur étant avant tout une posture émotionnelle, c’est par une meilleure gestion de l’émotion que nous allons nous en débarrasser peu à peu.

Manque de légitimité ? Bonne nouvelle !

Le manque de légitimité est une bonne nouvelle. Une bonne nouvelle ? Serais-je donc devenu totalement timbré ? Une personne me dit qu’elle ne se sent pas légitime dans l’action de son entreprise, et moi, je prends ça pour une bonne nouvelle ? Ho ! Stef’, tu te fous de la gueule du monde poto ?

Et non, je ne suis pas devenu timbré (pas plus que par le passé en tout cas), et je ne me moque pas de vous.

Oui, c’est une bonne nouvelle. D’une part, parce que la personne semble avoir identifié son blocage. Cela va demander à être vérifié, et cela reste tout de même positif, car cette personne s’interroge sur elle-même, elle est donc consciente.

Identifier la cause de votre syndrome de l’imposteur

L’autre aspect positif, c’est l’éthique de la personne. Elle ne souhaite pas faire de la merde ! Elle cherche à proposer un service de qualité. Elle a une estime d’elle-même et le respect de sa clientèle.

Je ne sais pas vous, mais en ces temps ou des trous du cul se posent comme « expert » alors qu’ils n’y connaissent foutrement rien à ce qu’ils proposent, c’est une bouffée d’air frais.

Cerner le problème

La question est de savoir à quel point ce manque de légitimité paralyse la personne. En fonction des prestations qu’elle offre, de ce qu’elle montre sur son blog professionnel, des discussions lors du coaching, il ne sera pas trop compliqué de faire un état des lieux.

La deuxième phase, qui concerne toutes les personnes en manque de légitimité qui lisent ce billet, peut s’opérer comme suit :

Cadrer le problème

Faites un état des lieux de votre activité à l’instant présent :

  • qui sont vos clients,
  • comment sont-ils venus à vous,
  • furent-ils satisfaits de vos prestations ?

Ensuite, allons faire un tour dans votre vie.

  • Pourquoi avoir choisi cette voie-là ?
  • Quelles furent les motivations qui vous poussèrent à agir dans cette direction ?
  • Étiez-vous à l’aise avec ce choix ?

Enfin, d’où provient cette sensation d’illégitimité,

  • à quel moment est-elle apparue,
  • y’a-t-il un évènement déclencheur particulier (discussion houleuse avec un proche, avec un client),
  • est-ce quelque chose qui est là de façon sous-jacente depuis un moment ?

Tout ceci devrait vous aider à mieux comprendre la situation, à mieux la cadrer, ceci pour l’empêcher de déborder un peu partout dans votre activité, dans votre vie. Avant d’éteindre un incendie, il faut d’abord le circonscrire, le maitriser. C’est ce que nous venons de faire.

Solutionner ce manque de légitimité

Désormais, il faut régler le problème. On ne va pas laisser le truc brûler en le regardant gentiment. Ok, un p’tit feu de joie, avec quelques saucisses et une bière, c’est cool. Sauf que là, le feu de joie, c’est votre activité. Ceci étant, c’est votre activité qui brûle, pas la mienne, vous êtes libre de laisser le truc brûler.

Important
Dans tout problème se cache un bénéfice au moins égal au problème, sinon plus grand encore. C’est une croyance forte et bien utile. Elle permet de regarder les choses en face, sans crainte d’être anéanti, avec l’espoir d’en sortir plus grand, plus fort, plus solide.

La seconde chose, pas la moins importante, à votre avis, que devrait-il se passer pour que vous puissiez vous sentir légitime ?

Imaginez-vous un instant dans la posture d’une personne tout à fait légitime.

  • Respirez, et maintenant,
  • que ressentez-vous,
  • qu’entendez-vous,
  • que voyez-vous ?

Le principe ici est de trouver ce qui va vous aider à ressentir cette légitimité. Ce peut être sous diverses formes :

  • Un mot d’un client,
  • une prestation particulière,
  • un client réputé,
  • une conférence,
  • un article de blog qui se propage sur les réseaux,
  • la lecture d’un livre qui vous aide à prendre conscience,
  • une discussion avec un ami,
  • une formation sur un domaine précis de votre activité,
  • etc…

Dernier point : vous n’avez pas besoin de tout savoir pour être bon dans votre domaine. Lorsque vous allez lancer votre activité, vous allez le faire avec un certain bagage. Au fil du temps, si vous êtes quelqu’un de bien, ce dont je ne doute pas un instant, vous allez chercher à progresser, à devenir meilleur : lecture, formation, cas client complexe, vous allez avancer.

Se mettre à l’aise avec la légitimité

Si vous avancez, c’est bien qu’il existait des manques dans votre bagage. La grande nouvelle, c’est qu’il manquera toujours un petit quelque chose. La vie est ainsi faite que notre secteur d’activité est toujours en mouvement, et selon les secteurs, il avance plus ou moins vite. De fait, vous aurez souvent un coup de retard.

Pour autant, ce syndrome de l’imposteur, s’il est pénible, vous empêche-t-il de servir la majorité de vos clients ? Non. Pas le moins du monde.

Est-ce pour cela que vous devriez vous sentir illégitime ? À cette question, vous seul avez la réponse. J’ai mon avis, et cela n’est que mon avis. Ce qui compte, c’est la liberté que vous allez prendre d’apprécier la situation sous un angle ou sous un autre.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *