Stéphane Briot

« Entendre et révéler l’humain pour que chacun s’affirme au monde »

Ce que vous venez de lire est mon « pourquoi », il est « moi » au plus profond de ce que je suis, de ce qui me fait. Ce « pourquoi » se retrouve tant dans ma vie privée, auprès de mes amis, de ma femme et de ma fille, que dans ma vie professionnelle.

Je suis un coach, et non un gourou. La différence, je ne suis pas là pour vous dire ce que vous devez faire en une liste de 10 points et en route pour la réussite.

Je suis là pour celles et ceux qui souhaitent se découvrir et inventer leur réussite, je les accompagne dans ce processus.

Comment suis-je devenu coach

Je suis devenu coach presque sans en avoir eu conscience. Lorsque j’ai créé ma première activité, je concevais des sites internet, des blogs et je venais en aide aux entrepreneurs pour les guider dans la création de leur site et des contenus.

J’ai commencé à remarquer que mon aide portait plus souvent sur des dimensions personnelles plus que techniques. Et je me sentais très à l’aise, sans compter que les résultats obtenus étaient satisfaisants.

Cette dimension humaine à commencer à prendre de plus en plus de place en moi, et j’ai commencé à orienter mes articles et mes conférences en ce sens.

Puis, j’ai eu envie de creuser, alors je me suis formé, j’ai appris, testé, évalué, avec beaucoup d’envie et une soif inextinguible de trouver ma propre voie, ma propre expression dans ce métier.

Le 226

J’ai toujours eu une relation particulière avec le blogging, c’est un outil de communication que j’apprécie particulièrement, c’est un lien entre l’auteur et le public, un livre vivant qui évolue sans cesse.

Écrire est une belle émotion, et les émotions, cette capacité que nous avons à les ressentir, c’est ce qui nous fait en tant qu’humains. Ce qui nous propulse dans nos idéaux, c’est notre faculté à les reconnaitre, les nommer et y apporter la réponse la meilleure en fonction du contexte.

Le 226 » est un concentré d’émotions, de réflexions, de pistes, des bouts de vie que je partage librement avec vous. J’espère que vous prendrez autant de plaisir à découvrir « le 226 » que j’en ai à le faire vivre.