Les 3 règles pour écrire un article de qualité 1

Vous souhaitez que votre contenu possède un certain pouvoir d’influence sur son lectorat ? Alors, voici les trois règles d’un contenu remarquable

  • Numéro 1 : Votre contenu est-il utile ?
  • Numéro 2 : Votre contenu fait-il réfléchir ?
  • Numéro 3 : Votre contenu Donne-t-il le sourire ?

Si ce que vous vous apprêtez à publier ne remplit aucune de ces trois règles, ne publiez pas au risque d’endommager votre image de marque

S’il répond au moins l’une d’entre elles, vous pouvez tenter le coup.

Sommaire

Voici pourquoi les gens ne savent pas communiquer

Techniquement vous pensez savoir communiquer. Poster quelque chose sur tel ou tel réseau est à la portée de tout à chacun. Appuyer sur le bouton « publier », ça gère.

Seulement, communiquer, ce n’est pas « parler » ou « pousser » sa petite news.

  • « Heureux d’avoir été nommé… »
  • « Superbe équipe, nous sommes fiers d’avoir relevé le défi de … »
  • « Si la vie te sourit, souris à la vie »
  • « Aujourd’hui, j’ai donné une super conférence à trifoullis les oies »
  • « Cours passionnant sur la résilience des escargots avec des élèves au top »

Mais sérieux, vous savez quoi ? On s’en tape d’une force ! Il suffit de voir le taux d’engagement sur ce type de publication pour s’en rendre compte.

Les 3 règles pour écrire un article de qualité 2
La joie d’un contenu emmerdant

Le « mouton contenu »

Et pourtant, comme le voisin le fait, on y va aussi ! Et nos fils d’actus deviennent encore plus emmerdants que les pages de pubs dans la presse ou à la télé. Vous avez dit moutons ?

Je ne suis pas en train de dire qu’il faille totalement éradiquer l’autopromo. Il faudrait peut-être penser à partager autre chose que votre super pub de la mort qui tue et qui montre à le monde tout entier que z’êtes trop fort quoi !

Question « lead nurturing », faudra repasser. Le culte de vous, bon, une fois de temps en temps pour montrer que vous êtes trop dans le mouv’, tout le monde comprend.

Cependant, quand votre fil se résume à votre gloire, mais à quoi ça sert ?

Flatter votre égo ? Si vous avez tant besoin de cela, je vous conseille le psy, y’a un problème à régler. Et les réseaux sociaux ne sont pas faits pour cela.

Humaniser le contenu pour humaniser le web

Communiquer, ce n’est pas cela ! Alors, si ce n’est pas cela, c’est quoi ? Parler pour vous écouter ? Non plus.

On parle souvent d’humaniser les réseaux, alors, allons-y !

Qui êtes-vous ? Drôle de question n’est-ce pas ?

Dans mon réseau, j’ai des rédacteurs, des conseils, des conférenciers, des vendeurs, des étudiants, des recherches actives, des ouverts aux nouvelles opportunités, des quêtes de nouveaux challenges, des CDO, des fondateurs, des présidents, des chargés de développement ou de communication …

Mais qui sont tous ces gens ? Je n’en sais rien ! Cette petite ligne censée dire aux uns et autres qui nous sommes ne me dit pas grand-chose de vous. Il serait peut-être temps de se pencher sur le personal branding non ?

Car cette petite ligne, elle me dit ce que vous faites, mais pas qui vous êtes, et encore moins pourquoi vous le faites. Et je ne parle même pas du profil en lui même.

Certes, c’est un poste. Certes, c’est un réseau professionnel. Est-ce cela humaniser ? Est-ce qu’une personne peut se réduire à un intitulé ?

Nous comprenons tous les raisons qui nous poussent à nous présenter via notre poste dans l’entreprise. Il n’est pourtant rien de plus impersonnel qu’un intitulé.

Alors, pourquoi ce métier, cette entreprise, ce poste ? Pourquoi l’exercez-vous tel que vous le faites, et comment le faites-vous au quotidien ? Humanisons, un peu au moins.

Le truc, c’est qu’il faut parler de soi. Pardon, avoir le courage de parler de soi.

Les mauvaises excuses d’un piètre contenu

  • Mais par sur un réseau pro, c’est pas fait pour ça.
  • Pas sur Twitter, les gens sont cons.
  • Pas sur Fb, c’est n’importe quoi ce réseau, et puis, pas envie d’être traqué !
  • Pas sur mon site/blog, c’est pro, c’est pas fait pour ça.
  • Le putaclic ou clickbait

SUPER !!! Et quand allez-vous parler de vous ? À la saint-glinglin ? Le 32 du mois ? La semaine des quatre jeudi ?

Tout le monde veut de l’humain, mais personne n’en donne. Tout le monde veut du changement, mais tout le monde attend que les autres changent d’abord, pour suivre le mouvement. Drôle de jeu.

En attendant, tout le monde se fait chier. Et pas qu’un peu ! Parce que rares sont les personnes ayant le cran de parler d’elles, de leurs convictions, de leurs valeurs, de leurs envies.

oui, c’est un peu violent dit ainsi

Le bon contenu n’est pas (que) celui qui règle les problèmes

Il faudrait voir à communiquer autrement que par « trouver le problème de vos clients et le résoudre ». Déjà, ce ne sont pas vos clients. En matière de communication, utiliser le bon mot, c’est bien.

Donc, ce ne sont pas vos clients, mais vos prospects. Et encore, dans le magma du web, un follower n’est pas un encore un prospect. Tout juste une personne qui vient voir ce que vous racontez.

Et si vous passez votre temps à lui parler de problèmes, franchement, ce n’est pas comme ça que vous allez l’aider.

Faites-le sourire, réfléchir, essayez d’être utile ! Votre produit, on s’en fout pour le moment. Votre super réussite dans le trou du cul du monde ou ailleurs, on s’en fout !

On veut quelque chose qui nous parle, nous surprenne, nous donne le goût, l’envie d’en savoir plus.

Parlez-nous de ce que vous faites, de pourquoi vous êtes lancé dans cette branche, parlez-nous de votre vision.

Ah bah oui, c’est de l’émotion ! Et l’émotion, c’est trop nul, c’est ridicule quoi, comme dire je t’aime à une nana…. Trop la loose ! C’est sûr qu’avec de telles ancrages, c’est pas gagné.

Dites, vous ne vous emmerdez pas à poster des trucs vides ? Ça ne doit pas être ultra motivant quand même.

Si vous pensez que les choses sont cloisonnées, vous êtes mal barré ! Sachez que vos valeurs, pro, perso, elles s’en foutent. Elles sont là, où que vous soyez. Point.

Le truc, c’est d’une de les découvrir pour mettre un nom dessus, puis de les relier à ce que vous faites au quotidien, dans vos mots, vos actes.

Et là, le machin s’éclaire ! Relier les choses devient bien plus aisé, forcément, quand on comprend, c’est mieux. Et même qu’en plus, on peut commencer à expliquer ce que l’on fait, pourquoi on le fait, comment on le fait.

Les 3 règles pour écrire un article de qualité 3

Content Marketing, inbound marketing

Et là ! Bah merde, ça commence à intéresser les gens ?! On appelle ça le storytelling. C’est aussi de l’inbound marketing, à savoir, l’art de faire venir les gens à soi.

Vous savez, tout le monde n’a pas vraiment un problème. Est-ce que l’iPhone a résolu un problème à proprement parler ? Non.

Apple a proposé une vision, un « pourquoi ». Plus précisément, Steve Jobs, a partagé sa vision et son « Pourquoi » via Apple. Et cela a attiré les gens. Étonnant ! Il n’y avait aucun problème, aucun ! Juste la vision d’un homme, et bim !

Alors, certes, vous n’êtes pas Apple. Au demeurant, vous pouvez tout de même impacter votre public et lui apporter quelque chose de bon, d’utile et de bien plus intéressant que « Faire ce qui nous passionne, décider d’être optimiste et s’entourer de gens souriants : le voilà le secret du bonheur au travail ! #HappinessHabits », le genre de chose que l’on croise trop souvent sur les réseaux.