Intelligence émotionnelle, définition 1

Mais qu’est-ce que l’intelligence émotionnelle ? À quoi sert ce truc ? Parce que les émotions rendraient « intelligent » maintenant ?

Intelligence émotionnelle, définition 2

L’intelligence émotionnelle ou l’art de comprendre ses émotions, celle des autres, et d’y apporter une meilleure réponse pour vivre mieux chaque situation de notre vie. C’est retrouver le contrôle et ne plus se laisser submerger

Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulu.

Aristote

C’est avec cette citation d’Aristote que Daniel Goleman ouvre son livre « L’intelligence émotionnelle », un pavé de plus de 900 pages. Frappant n’est-ce pas ?

Alors que l’on nous a appris qu’il ne fallait pas vivre ses émotions, et entre autres, que celles et ceux qui laissent voir leurs émotions ou les vivent trop, sont des faibles, voici donc que les émotions auraient un rôle prépondérant dans nos vies. 

Découvrir nos émotions
Découvrir nos émotions

La science n’est pas bien vieille, bien moins que nos croyances par exemple. Alors, il se peut qu’elle fasse des erreurs, qu’elle omette des « détails » ô combien important. Et l’émotion fait partie de ces détails oubliés.

Ils ne sont pas nombreux à s’être vraiment penchés sur cette question d’intelligence émotionnelle de l’être humain au cours du dernier siècle.

Pourtant, que l’on s’attarde un tant soit peu sur la dimension psy ou sur le développement personnel, il est assez aisé de se rendre compte à quel point nos ressentis émotionnels nous jouent des tours.

L’intelligence émotionnelle selon Daniel Goleman

L’un des derniers modèles en date est donc celui de Daniel Goleman.

Selon lui, l’intelligence émotionnelle se décompose selon les 5 points suivants :

1 La conscience de soi : être toujours éveillé et conscient des sentiments qui nous animent, mieux se comprendre pour prendre les décisions les meilleures. S’autoévaluer avec recul et cultiver une bonne confiance en soi.

Note: il existe un autre modèle,celui de BAR-ON,qui ressemble un peu à celui de Goleman. Le modèle BAR-ON à donné naissance à un test «EQ-i» et une certification en accompagnement à l’IE.

2 La maîtrise de soi : gérer ses émotions de façon qu’elles facilitent la vie au lieu d’interférer avec elle. Être consciencieux et ne pas céder à l’impatience, aux tumultes émotionnels. Savoir prendre du recul face à perturbations émotionnelles et retrouver plus rapidement le calme intérieur

3 La motivation : découvrir ses envies les plus profondes et les utiliser comme une boussole vers ses objectifs. La motivation aide à prendre des initiatives, à optimiser son efficacité et à avancer, en toutes circonstances.

4 L’empathie : être à l’écoute des sentiments d’autrui, être capable de comprendre et d’adopter leur point de vue au moins un moment, dans le bu de tisser des liens fiables et harmonieux.

5 Les aptitudes humaines : comprendre et maîtriser ses émotions dans ses rapports aux autres, être capable, avec le temps de décoder les scènes qui se jouent devant nous. Utiliser ces aptitudes pour persuader, guider, négocier, trouver des issues aux différents conflits. Être capable de tirer le meilleur d’une équipe, d’un réseau.

Voilà un sacré programme ! Et bien plus qu’un programme, un champ de possibilités immense qui s’ouvre à nous.

Bienvenue au Quotient Emotionnel

Nous avons vécu l’ère du QI roi. Et le QI est une valeur que nous ne pouvons augmenter. Que vous ayez 70 ou 120, ce chiffre ne bougera pas. Charge à vous de faire avec, du mieux possible.

Avec l’intelligence émotionnelle, voici qu’arrive que « Quotient émotionnel ». Comment calculer son « QE » ou le découvrir ?

Pour le moment, soyons honnêtes, c’est délicat. J’ai bien trouvé quelques tests qui semblent sérieux, mais ils sont aussi payants, et pas à la portée de toutes les bourses (l’un est proposé par une institue suisse et l’autre, un organisme canadien).

La meilleure solution reste la lecture d’ouvrages sur le sujet, ainsi qu’une introspection, et en bonus, un accompagnement pour faire le point à l’instant sur l’état de votre propre paysage émotionnel.

Lectures que je recommande

Ce que l’on sait du « Quotient émotionnel » par rapport « Quotient intellectuel », c’est que si le « QI » est figé, le « QE », lui continue de progresser chaque année. Attention, sa progression est largement indexée sur votre conscience de vous-même, de votre environnement, des autres.

Plus votre conscience de ce que vous êtes, de ce que vous ressentez, de pourquoi vous le ressentez, de comment et pourquoi vous réagissez de la sorte sera forte, plus votre intelligence émotionnelle va se développer, se renforcer.

Métaphore autour de l’intelligence émotionnelle

Voyez l’intelligence émotionnelle comme votre maison ou votre appartement. Pour vous y sentir bien, vous avez besoin de meubles et de couleurs qui vous inspirent une forme de bien-être, de sécurité, de confort.

l'intelligence émotionnelle, la maison de vos émotions

L’intelligence émotionnelle, c’est votre maison « intérieure », le « quotient émotionnel » est votre architecte d’intérieur.

Plus ce quotient sera évolué, plus votre intérieur vous sera agréable, à vous et aux autres. Et la vie vous sera bien plus plaisante à vivre, quelles que soient les circonstances de celle-ci.

L’exemple du souci

Prenons un exemple un plus concret. Il nous arrive à tous de nous faire du souci, pour nos enfants, pour les membres de notre famille, pour nos amis.

l’inquiétude, une émotion du quotidien
L’inquiétude, une émotion courante

Chez certaines personnes, se faire du souci va devenir totalement envahissant, au point qu’elles seront dans l’incapacité de mener à bien une autre tâche en même temps.

Si vous leur dites de prendre un peu de recul, vous risquez de déclencher une vive colère, qui ne sera en réalité que l’expression de cette inquiétude.

Se faire du souci est une réaction saine, utile, et souvent très mal canalisée, puisque la personne qui la ressent à tendance à « fusionner », à « devenir » ce qu’elle ressent.

Et c’est souvent le cas avec nos émotions, nous avons largement tendance à nous laisser submerger par ces dernières, au point d’être totalement ce que nous ressentons, peur, colère, joie…

Le Quotient émotionnel en action

Un quotient émotionnel à son meilleur nous aide à ressentir l’émotion sans qu’elle ne nous déborde et prenne le contrôle de notre existence.

Il nous aide à conserver le contrôle, non sur l’émotion, mais sur la réaction que nous allons apporter à celle-ci. Nous prenons conscience que l’émotion est en train de s’emparer totalement de nous, et qu’il nous faut réagir.

Avec l’intelligence émotionnelle, nous ne sommes pas maitres de nos émotions, nous ne le serons jamais. En revanche, nous sommes maitres de nos choix et des réponses que nous allons décider d’apporter à ce que nous ressentons.

Une émotion en soi n’est pas une mauvaise chose, en revanche, dans la vie quotidienne, la laisser nous dépasser, nous envahir, cela peut très souvent avoir des conséquences dommageables, surtout en ce qui concerne la peur, la honte, la colère ou l’excès de joie, d’amour, quand c’est inapproprié, car le retour de manivelle peut s’avérer très douloureux.

Comment découvrir notre niveau d’intelligence émotionnelle, comment le travailler pour l’améliorer ?

Bien démarrer avec ses émotions
Démarrer avec l’intelligence émotionnelle

À ce jour, il n’existe pas une méthode clé en main. C’est un long travail d’introspection que vous pouvez mener seul, ou durant lequel vous pouvez recevoir l’appui d’une personne.

C’est de la thérapie ?! Ho que non ! Il n’est pas ici question d’aller chercher en vous les raisons de tels ou tels comportements et d’y apporter une explication. Ceci est effectivement le travail de la thérapie.

Le plus important, pour faire progresser votre « Quotient émotionnel » dans les premiers mois est de savoir observer les situations que vous avez vécues, de vous demander pourquoi vous avez réagi tel que vous l’avez fait, pourquoi une telle attitude, et une autre réaction n’eut pas été meilleure, pour vous, mais aussi pour la ou les personnes en présence.

Avec l’intelligence émotionnelle, il est bien plus question d’être ici et maintenant, sans jugement. C’est une démarche ancrée dans le présent, pour vivre mieux maintenant.

Gardez à l’esprit que la route est longue, que vous allez rencontrer pas mal d’embûches, que certaines de vos réactions sont désormais des habitudes et qu’il vous faudra du temps pour les identifier et les changer.

Je ne parle pas de lutter contre quelque chose. Car pour ce qui touche les émotions, le psychique, le mental, plus vous luttez, plus la chose contre laquelle vous luttez prend de l’ampleur et devient difficile à vaincre.

La clé ? L’acceptation. Vous êtes ce que vous êtes à l’instant, fait de vos défauts et aussi de vos qualités, de vos aspirations. Évoluer, ce n’est pas lutter, c’est prendre conscience sans jugement. Et peu à peu, pas après pas, avancer.

J’ai conscience en écrivant cela que je suis totalement à contresens de tout ce que l’on peut lire sur la toile où des centaines de publicités vous promettent toutes formes de réussites en un claquement de doigts.

Pour avoir expérimenté, j’ai ma conviction sur le sujet. À vous de vous forger la vôtre.