Le développement personnel n’est pas…

Depuis des années, le développement personnel est devenu une tendance lourde, une quête de tout à chacun. Il est bon de devenir « meilleur ». Attention au piège !

Devenir meilleur que quoi ? Meilleur, dans sa définition de la performance ? Après avoir lu plus d’une centaine d’ouvrages, des heures de formations, j’ai renforcé ma conviction. Non, le développement personnel n’est pas une quête de performance.

Je dirais même que c’est un peu le contraire, avec pour effet de bord, d’être plus performant.

Le développement personnel, c’est la quête de soi par le questionnement de soi. Et si je peux comprendre qu’il puisse s’exprimer au travers du visionnage des centaines de vidéos sur la toile vous expliquant ce que vous devez faire et pourquoi, une chose m’interpelle.

Vous avez envie de liberté, envie d’être vous, et vous allez écouter un type ou une nana qui vous explique ce que vous devez faire, être. Pourquoi pas, toutefois…

En procédant de la sorte, vous n’auriez pas comme un problème dans votre énoncé ? Vous allez donc, dans votre quête de vous-même, être ce que l’on attend de vous, être ce que l’on dit d’être, faire ce que l’on vous dit de faire ?

Vous passez donc, dans votre « développement personnel » de la quête de liberté d’être vous au conformisme le plus absolu. Est-ce vraiment bien pertinent ?
La question mérite d’être posée, n’est-ce pas ?

Vous pouvez aussi me dire que les conseils obtenus dans ces vidéos sont bons, utiles, qu’ils ont contribué à rendre des milliers de personnes heureuses. Question : avez-vous vraiment discuté avec ces « milliers » de gens là ?

Consommer de la liberté en vidéo

Vous savez, à l’époque où je consommais du cannabis, mes amis étaient eux aussi consommateurs. Et nous étions tous « heureux » de notre situation. Des gens qui passent des années accrochés au « développement personnel », ça ne vous intrigue pas qu’ils n’aient toujours pas trouvé leurs réponses ?

Les vidéos de développement personnel agissent comme une drogue sur le cerveau. Un problème, un souci, un coup de moins bien ? Un pétard ou une vidéo, et ça repart ! Juste ce qu’il faut pour masquer le problème de fond, qui lui, reste bien ancré en vous, et ne trouve pas solution. Il peut même s’aggraver. Après, tout est question de choix me direz vous, et vous avez raison.

Je ne suis pas en train de vous dire que vous devriez éviter à tout prix de consommer ce type de vidéo (notez bien que je parle de consommer). Une fois de temps en temps, un bon pétard, un bon verre de rhum, une bonne vidéo de développement personnel, c’est funky.

S’inventer ou consommer ?

Et plus que de consommer, vous devriez peut-être prendre la liberté de faire du développement personnel.

Hein ? Oui, faites donc votre développement personnel. Oui, je suis en train de vous dire que la plupart des vidéos et autres contenus du web qui traite du sujet sont pour le moins inutiles.

Pourquoi ? Parce qu’ils font à peine plus que ce que vous attendez : ils vous apportent des réponses toutes faites. Malheureusement, ça ne sert à rien. Mais rien de rien. Le vide, le néant, l’abîme.

Pourquoi cela ? Avez-vous remarqué un détail ? Lorsque l’on vous donne une réponse toute faite, vous avez d’abord la satisfaction de ne pas trop chercher, la sensation d’avoir trouvé. Et très vite, ces sensations s’estompent au profit d’une question : est-ce vraiment pour moi ?

Hé oui ! « Moi », ce n’est pas « tout le monde ». D’où le peu de portée en vous de ces réponses en prêt-à-porter, prêt à consommer.

Ces contenus sur le développement personnel sont ce qu’est l’horoscope à la presse. Cela parle à tout monde, sans cibler personne.

Un truc dans lequel tout le monde peut se reconnaître, un conditionnement des masses. Du consommable, vite ingéré, vite digéré, vite oublié.

À qui profite vraiment la drogue ? Je vous laisse chercher. Un indice : ce n’est pas vraiment aux consommateurs que cela profite le plus.

Alors, comment faire son propre développement personnel ?

Chacun est libre d’aborder la chose sous l’angle qui lui convient le mieux. Un bon angle c’est quoi ? C’est un angle qui répond à vos besoins, à vous, à vos spécificités, à vos besoins, à vos attentes.

Et comment on fait ça ? Avec un outil tout simple, mais vraiment tout tout simple. Un indice ? Un bon angle, c’est un angle qui « répond à ».  À quoi doit-on répondre ? À une question !!! Bonne réponse !

Le développement personnel est donc, avant toute chose, un « jeu » de questionnement, et du temps. Une réponse met du temps à apparaitre. Une réponse apporte souvent une autre question, qui apporte elle-même une nouvelle réponse, qui donne elle-même naissance à une question et ainsi de suite.

Le développement personnel, c’est un dialogue, et non un monologue et surtout pas le monologue d’un coach.

Le truc peut paraitre sans fin. À ceci près qu’il est un moment où vous allez « sentir » qu’une réponse vient de débloquer quelque chose. En votre for intérieur, vous allez sentir qu’il vient de se passer un truc.

Guetter « LE signal » du changement

Lorsque vous commencez à voyager en direction de votre intérieur, il est une erreur que vous êtes libre de faire ou de ne pas faire : Attendre le « déclic », attendre « le signe que là c’est bon », de guetter qu’il va « se passer quelque chose ».

Car ce n’est pas tout à fait comme cela que les choses se produisent. Il n’existe pas un signal extérieur ou intérieur universel.

Lorsque vous allez commencer votre questionnement, ne cherchez pas immédiatement LA réponse.

  • Prenez un papier, un stylo, notez ce qui vous vient.
  • Laissez reposer.
  • Et revenez quelques jours plus tard, ou quand l’envie s’en fait sentir, ou quand d’un coup une nouvelle solution vous vient à l’esprit.
  • Puis laissez reposer.
  • D’autres questions vont venir, procédez toujours ainsi : papier stylo et temps de latence.

Dans ce laps de temps, vous pouvez aussi prendre un moment pour lire, regarder des vidéos de façon active (papier, stylo, je note ce qui m’interpelle), et non consommer de la vidéo (je regarde, wahoo ! c’est génial, deux heures après j’ai oublié les détails importants).

Patience et dialogue intérieur

Le développement personnel est subtil mélange de questions, de réponses, de période active, de moments « passifs » (vous ne l’êtes jamais vraiment, votre cerveau, lui, en toile de fond, il bosse sur vos questions).

La patience est une arme essentielle au développement personnel, ne pas attendre le « déclic » va vous aider à vous donner du temps, pour mieux vous comprendre, mieux vous connaitre.

Être une version améliorée de soi-même ne devrait pas être perçu dans le sens de la performance pure. Vous pouvez rechercher à devenir plus « performant », vous risquez fort, dans de nombreux cas, de passer à côté de vous.

Enfin, la chose magique, en étant mieux avec soi, en paix avec soi, il arrive très souvent que l’on devienne plus « performant », parce que l’on sait ce que l’on fait, pourquoi on le fait, comment on doit le faire. Les efforts sont bien mieux repartis, le temps est utilisé à bon escient. Nous devenons alors efficients. N’est-ce pas magique ?

Que retenir ?

  • Consommez des vidéos avec modération
  • Le développement personnel est d’abord un dialogue intérieur
  • Un coach ne vous dit pas ce que vous devez faire
  • Un coach vous pousse au questionnement
  • Soyez patient