Des questions pour réussir

Réussir. À tout prix. Créer un blog, gagner sa vie, parcourir le monde et kiffer. L’objectif ultime pour qui ne sais pas vraiment pourquoi créer sa boite, si ce n’est gagner de l’argent. Désormais, nous trouvons des recettes pour réussir à tous les coins de web.

  • L’article pour créer un billet qui cartonne
  • L’article pour un seo facile
  • L’article pour créer un blog rentable,
  • L’article pour créer sa super start-up,
  • L’article pour le super gâteau au chocolat qui va scotcher vos convives,
  • L’article pour séduire l’élu(e) de votre cœur,
  • L’article pour être un bon coup au lit,
  • L’article pour être un super parent,
  • L’article pour pour être un super pote,
  • L’article …

Bref, vous avec « tout ce qu’il faut » de disponible sur la toile pour « tout réussir » et devenir un Héros des temps moderne. Et si tout cela venait à ne pas suffire, vous avez les « formations » pour arriver à vos fins, « formations » dans lesquelles on va tout vous dire, tout vous montrer, et vous allez voir, c’est facile.

Comment réussir : la recette magique #abracadabra

En prenant un peu de recul, deux minutes, que voit-on ? Que tout cela finalement, c’est de la poudre de perlimpinpin. Que celle et ceux qui réussissent vraiment, même en ayant eu recours à ces « formations », ont eu une autre démarche. Plus profonde, plus structurée, plus structurantes.

Avec le temps et l’expérience, j’ai compris ce qui faisait que je pouvais réussir ou échouer sur un projet donner. C’est en regardant comment je fonctionnais, en regardant comment fonctionnaient les autres que j’ai compris ce qui pouvait faire pencher la balance du bon ou du mauvais côté.

Le piège de la réponse générique

Enfin, c’est en lisant beaucoup de livres que j’ai pu mettre des mots sur tout cela, que j’ai pu structurer et théoriser tout ce que je voyais, tout ce que je ressentais.

Que font tous ces articles dont je parlais dans l’introduction. Ils donnent des « réponses ». C’est la force de leur viralité, de leur impact sur la toile. Ils apportent des réponses. De prime abord, cela semble être une excellente chose.

Des réponses aux questions que vous ne vous posez pas

Toutefois, ce n’est pas « LA » réponse attendue. Parce que la réponse ne tient pas compte d’au moins deux facteurs pourtant primordiaux.

  1. Vous.
  2. Votre contexte.

Ce type de billet répond principalement à la problématique de l’auteur, pas celle du lecteur. L’auteur recherche de la visibilité, de la notoriété, et le plus vite possible. Il compile donc des réponses sorties de leurs contextes pour les proposer au public. Si possible sur un blog à forte audience dans le cadre d’un « guest blogging ».

L’auteur a trouvé « SA » réponse, à « SON » problème. Le lecteur, lui, aura souvent une liste de « solutions » à divers problèmes donnés. Ces « réponses » sont-elles pour autant transposables de facto à « SA » problématique ? Dans la majorité des cas, d’expérience, si elles peuvent orienter, apporter un soupçon de quelque chose, elle seront au mieux hautement incomplète.

Et c’est bien le nœud du problème. Les « réponses » données au lecteur sur la toile n’en sont pas. Elles sont, comme je viens de vous le démontrer, « LA » réponse à la problématique de l’auteur, pas plus.

Comment réussir ? Le pouvoir des questions

Nous discutions de ces problématiques de contenus avec l’ami Thomas Cubel par plus tard que ce matin . Et c’est au cours de cette discussion que j’ai pu formaliser ce qui me semble être « LA » solution.

Pour réussir, « LA » solution, ce n’est pas d’avoir « LA » ou « LES » réponses à vos problématiques, mais bien de trouver « les (vos) bonnes questions ».

La solution, c’est donc une question

Là, vous devez me prendre pour un taré de première, et vous vous apprêtez à quitter cette page, ce site, en promettant de ne plus jamais y revenir. Vous pouvez le faire, et je ne vous retiendrai pas, parce que c’est votre liberté. Toutefois, si vous souhaitez rester encore un moment, laissez-moi vous faire part de mon expérience sur la chose.

Je ne suis pas différent de tout à chacun, je ne suis pas différent de vous, devant votre écran qui lisez ces lignes. J’ai aussi recherché des solutions « prêtes à l’emploi » pour solutionner tel ou tel problème. Jamais une seule n’a fonctionné sans que je doive y apporter une certaine retouche.

Réussir, mode d’emploi à recopier

J’ai toujours été obligé d’adapter « la solution » à « mon problème ». Et quand on y pense, c’est on ne peut plus logique. Simplement parce que « la réponse donnée » par un auteur est issue d’un contexte qui est le sien. En rien « sa solution » n’est universelle.

De fait, le message qui vous promet de « gagner de l’argent » avec un blog est un mensonge. Si vous n’adaptez pas les techniques à vos besoins, à votre audience, à votre façon de communiquer, plus globalement, à « votre façon d’être », vous allez vous planter.

Alors, l’idée de se dire que « la solution » c’est de se poser « les bonnes questions » prend tout son sens. Aussi, de suite, vous vient déjà une bonne question à l’esprit, toute simple : « c’est quoi les bonnes questions ? ».

Une bonne question est une question que l’on se pose. Mais c’est aussi une réponse qui va vous faire avancer vers une nouvelle question, sans frustrations, avec envie et confiance

Avoir une réponse à une question que l’on ne se pose pas ne sert à rien. Avoir une réponse à une question hors de votre contexte ne sert pas à grand-chose non plus.

Des réponses aux questions types « comment réussir », « comment gagner de l’argent », « comment avoir un bon référencement » ne vont pas vous aider à avancer. Parce qu’elles oublient qui vous êtes, là où vous en êtes et ce que vous recherchez vraiment.

Comment réussir, une question de choix, de questions

Alors, comment réussir ? Sur la toile, pour utiliser « les réponses » qui vous sont données, vous pourriez essayer de vous poser deux questions :

  • « est-ce bien LA réponse dont j’ai besoin »
  • « est-ce une réponse adatpée à MES besoins, à moi »
  • « comment puis-je adapter cela à mon propre contexte ? »

Il est coutume de dire que la vie est affaire de choix. En psychologie, il est expliqué le choix est difficile, parce que choisir, c’est renoncer. Trouver les bonnes questions vous aidera à faire les bons choix, et à renoncer aux chemins toxiques.

Comment réussir ? En conclusion

Trouver par vous-même les réponses à vos questions vous fera avancer bien plus vite, vous donnera bien plus confiance en vous. Parce que cela viendra de vous, de votre expérience, de votre contexte.

Ayez quelqu’un avec vous pour vous aider à vous poser vos bonnes questions. Votre réussite est là, quelque part dans les réponses à vos questions, et souvent, dans celles que vous n’avez pas encore osé vous poser.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *